2007 – Musiques expérimentales par Philippe Robert.

  • Note de l’éditeur :

Une anthologie comme celle-ci, c’est un peu comme une cour de récréation. On n’est pas non plus là pour faire ami-ami avec tout le monde. C’est le moment de vérité, en tête-à-tête avec l’autre. Au pire, on pourra toujours se faire son album perso des douloureuses, des impossibles, des horreurs et des mochetés. Au mieux, on se sera fait des petites listes et des notes de disques à trouver, des que personne n’a chez soi. C’est fou ce que ça permet de renouer comme liens qu’on ignorait totalement – c’est ça qu’est drôle. De découvrir que ce petit bruit suspect qui avait attiré notre attention, au plus jeune âge, dans un disque de pop anglaise, d’autres en font une oeuvre entière. Ça ne venait donc pas de nulle part, ni par hasard. Peut-être même que c’était déjà une référence, un clin d’oeil, et l’on n’en savait rien. Ne nous décourageons pas. Il y a des tas de choses fantastiques, lumineuses, extraordinaires, inouïes, merveilleuses, ici, dans les pages à suivre. (Noël Akchoté)

  • Avis :

Ce livre comporte 5 pages biographiques consacrées à Moondog. Je n’ai pas encore lu le reste du livre, cependant ce que j’ai lu sur Moondog est juste, va à l’essentiel, et donnera à toute personne ne connaissant pas le compositeur et lisant ces lignes l’envie d’en savoir plus sur ce dernier.

De plus, la liste des artistes choisis pour constituer ce petit dictionnaire des musiques expérimentales est complète, d’Henri Chopin à John Cale en passant par La Monte Young et Harry Partch

  • Passages choisis :

« [Moondog] est un musicien pour musiciens, ou plutôt un compositeur pour compositeurs. Parmi ceux qui l’étudièrent, Steve Reich et Philip Glass chantèrent ses louanges dès 1969 et en firent un des pères spirituels du minimalisme. Cependant, même s’il a indéniablement marqué moult post-modernes dont Wim Mertens, Micheal Nyman, Harold Budd ou Brian Eno (certaines de ses pièces annoncent clairement l’ambient), Moondog réfutait : non seulement, selon lui, le minimalisme et la répétition remontaient à Bach dont il s’inspirait en partie, mais – surtout – sa technique se basait sur l’art du contrepoint, une méthode mise au point depuis la Renaissance, au moins. La structure, la mélodie, la forme et le développement l’intéressaient au plus haut point, les morceaux qu’il écrivit – plusieurs centaines – tenant plus des canons, des rondeaux et des madriguaux que d’autre chose, c’est-à-dire de pièces polyphoniques imprégnées par la musique du seizième siècle. »

___________

Éditions Le Mot Et Le Restese le procurer

Collection : Formes,
Format : 15 cm x 20 cm, 450 pages, broché,
ISBN : 2915378460,
Illustration  :  Pas d’illustrations
Prix : environ 20 euros


Une réflexion sur “2007 – Musiques expérimentales par Philippe Robert.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s