La Trimba.

Moondog invente la trimba dans les années 40. Dès lors, cet instrument devient l’emblème de sa musique. Elle se compose de deux tubes de bois de formes triangulaires pourvus d’une ou deux cymbales. Moondog utilisait une maracas dans la main droite pour jouer on-beat et une clave dans la main gauche pour jouer le off-beat soit un enchevêtrement complexe de contretemps donnant parfois l’impression que plusieurs musiciens jouent en même temps. Les métriques de sa musique étaient souvent signées en 5/4 ou 7/4 temps, rythmes impairs peu usités dans la musique occidentale qu’il appelait ses Snaketime Rhythms en raison de la sensation d’ondulation sonore.

Une fois en Allemagne – et sur les conseils d’Ilona, Moondog délaisse progressivement la trimba, d’autant qu’il trouve en Stefan Lakatos un disciple particulièrement doué qui devient alors au début des années 80 le légataire des techniques de percussions imaginées par Moondog. Progressivement et même après la mort du compositeur, le musicien suédois continuera de développer les méthodes de jeux rythmiques de Moondog et est aujourd’hui le représentant principal de ces techniques.

En parallèle, le musicien italien Andrea Belfi se fabrique également une trimba pour en jouer au sein de son groupe Hobocombo. Passionné par la musique de Moondog et les musiques ethniques le français Joël Lorcerie s’en fabrique également une. Enfin, dans le cadre de la saison Moondog à Toulouse, la ville a fait fabriquer trois trimbas à l’occasion d’un partenariat entre Murailles Music, l’Usine et le magasin et atelier de lutherie Djoliba.

Publicités